FOUDRES RONDS ET OVALES

 

Nous construisons des foudres allant de 10 jusqu’à 150 hectolitres et même plus, ronds et ovales, dans les mesures standard ou particulières selon les exigences spécifiques du client. Tous nos foudres sont courbés en contact avec le feu direct (sauf requêtes particulières) et subissent ensuite (sur demande) un spécial et délicat grillage de manière à en adoucir le bouquet. Tant le pliage au feu que le grillage sont exécutés à température et humidité contrôlées de manière à obtenir le résultat aromatique maximal, traçable et constant.

Les douelles sont courbées sur toute l’épaisseur "tête et ventre", sans les affaiblir au ventre pour en faciliter la courbure. Par conséquent l’épaisseur de la douelle dans le foudre fini est identique dans la zone centrale et à la tête .

Cette courbure particulière permet d’obtenir des foudres: statiquement plus solides, puisqu’ils sont épais même au niveau du ventre où l’effort est supérieur; oenologiquement plus durables parce qu’il y a plus de bois qui cède de la substance aromatique rénovables car il est possible au cours des années d’enlever 1 cm d'épaisseur interne pour raviver la cession. Les fonds sont pliés à double arc, de manière à représenter la section d’une grande sphère, la seule méthode garantissant la parfaite tenue du fond du foudre.

Cette double courbure est nécessaire dans les foudres de 10 hectolitres et capacité supérieure, sinon le fond se déformerait en donnant lieu à des fissures et fuites souvent irréparables.

Ce système permet, en outre, d’éviter les renforcements inutiles, comme les traverses coûteuses, typiques d’une technique désormais dépassée.

Le cerclage abondant et rationnel, avec du fer de première qualité, galvanisé à chaud et phosphaté, complète la construction des récipients. Tous les foudres sont soumis à un strict double essai, tout d’abord à la vapeur, puis à l’eau pour en vérifier la parfaite étanchéité et l’exacte capacité. Nous  ratiquons sur chaque foudre un léger rabotage interne pour en faciliter le nettoyage dans la cave, tandis qu’extérieurement le rabotage est suivi d’un ponçage de finition.

Étant donnée la longue permanence du foudre dans la cave, lieu humide et septique, sans protections, le bois serait la proie facile de micro-organismes responsables de moisissures, marcescences etc. Il est donc indispensable de protéger le bois avec un produit naturel qui ne limite pas la transpiration mais

le protège. Par conséquent, le procédé de production se termine par l’application du vernis naturel

transpirant sur le bois et la bande rouge à la tête des douelles, qui protège les fibres interrompues

des extrémités.